jeudi 26 septembre 2013

Les imbéciles

Que se passe-t-il quand une nouvelle école française naît dans le monde? Est-ce qu’une étoile s’allume quelque part dans le ciel? Est-ce que le bon vieux Charlemagne se sentirait fier?  Jules Ferry serait-il satisfait?

Au milieu d’une actualité sulfureuse, de guerres qui pullulent de par le monde, d’annonces de mauvais résultats économiques, de tristes informations en tout genre, je viens simplement vous annoncer qu’une nouvelle école française est née à Sulaymaniyah, la capitale culturelle du Kurdistan d’Irak. Depuis le lundi 23 septembre 2013, l’EcoleFrançaise Danielle Mitterrand de Sulaymaniyah a en effet ouvert ses portes pour accueillir chaleureusement une cinquantaine de petites têtes brunes et une petite tête blonde, celle de Sophie, une magnifique petite russo-turque de 3 ans.

Ceux qui ont rendu possible l’ouverture de cette école sont cependant des imbéciles, il faut bien l’admettre. Comment ont-ils pu se lancer dans cette aventure ? Il leur fallait convaincre le Ministère de l’Education kurde de signer une convention avec eux et de leur céder gracieusement les locaux de l’ancienne école française en déshérence. Il leur fallait également les convaincre de mettre à leur disposition une équipe pédagogique kurde, ainsi que tout le mobilier scolaire nécessaire. Il leur fallait convaincre le gouverneur de la région de Sulaymaniyah de financer la rénovation de l’école, qui était dans un piteux état (changer toute l’électricité, le carrelage, l’air conditionné, repeindre l’extérieur et l’intérieur de l’édifice, mettre de nouvelles portes, de nouvelles fenêtres, un serveur internet, etc.). Il leur fallait convaincre des entreprises françaises de les aider financièrement pour les investissements de base indispensables à la bonne marche d’une école digne de ce nom. Il leur fallait convaincre une équipe pédagogique française de venir s’installer au Kurdistan. Il leur fallait négocier avec les ouvriers pour que la rénovation de l’établissement soit terminée mi-septembre.

Je vous épargne la longue liste des autres multiples détails à régler, la paperasse kafkaïenne à faire signer dans des infinités de bureaux, les complications en tout genre, les nuits d’insomnies, les bâtons gentiment mis dans nos roues par quelques malveillants, les heures et les heures de réunions diverses, les moments de découragement, entre autres joies et tracas de ce genre de démarche improbable. Et tout cela, il a fallu le faire en à peine quelques mois…


Ils ont été nombreux, les imbéciles, à y croire et à donner tout ce qu’ils avaient pour que cette école ouvre enfin lundi dernier. Et ce n’est pas moi mais Marcel Pagnol qui nous a traités d’imbéciles. Car il a su définir exactement ce que tous ensemble, Rizgar, Ako, Bwrhan, Nissrine, Kosar, Shno, Marc, Eglantine, Aurélia, Zalloukh, et tous les autres, avons réalisé, au travers de cette simple phrase : « Tout le monde disait que c’était impossible. Sont venus des imbéciles qui ne le savaient pas. Ils l’ont fait.».

Lundi 23 septembre, au petit matin, l'école tricolore attend les enfants

La cour de récréation encore déserte

Madame Églantine avec ses élèves

La maternelle et ses enfants sages

Les élèves attentifs...

... de la classe de Monsieur Marc.

35 commentaires:

  1. super texte..............et vive les imbéciles!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! L'avantage avec les imbéciles comme nous, c'est qu'ils sont heureux! ;-)

      Supprimer
  2. Comme tout cela est bien dit ma chère!
    Félicitations

    RépondreSupprimer
  3. Tu nous manques Jo. Fleur pas trop. Jacquouille la fripouille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jacquou... toi au moins tu sais qui est important... Bizzz Jo

      Supprimer
    2. Une école est née, la joie est dans les cœurs, un parfum fleur bleue flotte dans l'air... Même les potes se font des papouilles sur mon blog...

      Supprimer
  4. Flo, c'est qui les "malveillants" qui vous ont mis des bâtons dans les roues? On va aller leur faire une petite visite de courtoisie.
    Tes copains les rugbymen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les copains, mais ça va aller... C'est grâce aux malveillants qu'on apprécie d'autant plus le chemin parcouru!

      Supprimer
  5. C'est une grande responsabilité que de faire une école. Terrain de jeux inouïs, de guerres larvées. On croit que l'on enseigne, ouais, des programmes, des matières. Foutaises! Jeux d’adultes ennuyeux… Nous savons tous que pour les petits les choses ont une bien autre logique et un goût très différent. S'en fichent pas mal, les gosses, de savoir des trucs utiles ou d'apprendre des langues qui un jour leur permettront de faire polytechnicien, notaire, marchand de guano ou employé de banque. À cet âge-là on sait parfaitement qu'il n'y a que quelques métiers nobles et dignes: sheriff, général, dompteur de fauves, pompier, héros, martyre, pirate, naufragé, vainqueur de requins, vainqueur d’extraterrestres, sauveur de la planète, indien des plaines, samouraï, champion du monde de foot... Et puis pour les plus grands, les amours inouïs des filles entre elles, les amitiés à mort des garçons, les premiers regards inquiets sur soi-même, sur les autres... Et sur tout ce monde, toutes ces énigmes, tous ces hiéroglyphes, Mme la Directrice plane sans avoir le droit de s'envoler... Tu fais un bien joli métier. Inquiétant, même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, en tout cas, c'est clair. Quand je serai grande, je voudrais être un hiéroglyphe...

      Supprimer
  6. félicitations flo, bon travail, a++

    RépondreSupprimer
  7. Excellent billet, Florence, qui vient couronner un travail admirable servi par une volonté farouche d'aller au bout du projet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Jean-François! Maintenant, c'est une nouvelle aventure qui commence... Il faut s'assurer que l'école fonctionne bien et s'inscrive dans la durée. Tout aussi passionnant que les démarches pour la mettre en route!

      Supprimer
  8. cette école est magnifique
    vive les imbéciles heureux!
    Benedicte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Béné! Il nous reste du pain sur la planche, mais c'est vrai qu'on est heureux!!!

      Supprimer
  9. Magnifique! Bravo à vous et merci

    RépondreSupprimer
  10. Ma chère Flo,
    Quand une école naît quelque part, le monde respire un peu mieux.
    Merci pour cette bouffée d'air pur.
    Françoise

    RépondreSupprimer
  11. BRAVO à Ma Flo et tous ceux qui l´ont aidée ; c´est un énorme bonheur que de fonder une école. Je t´envoie toute mon affection. Nicole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ma Nicole!!! Ma Directrice d'école préférée! Qui l'eut crû, hein? ;-)))

      Supprimer
  12. Toutes mes felicitations, bon courrage, c'est vraiement tres bien ce que tu fait !!
    grosses bises
    Eric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eric!!! Du courage, on en a bien besoin!

      Supprimer
  13. Toutes mes félicitation pour ce projet qui va sûrement porter c'est fuit d'ici quelques années .
    Les enfants kurdes vont apprendre une très belle langue et pourquoi pas pour les plus motivé faire leur futur étude dans les université ou fac française . Her biji Kurdistan !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! Et pourquoi pas ouvrir une université française au Kurdistan dans quelques années? ;-)

      Supprimer
  14. Eh bien j'ai peu de choses à rajouter à ce qu'on déjà dit mes prédécesseurs sur le blog, je ne peux qu'itérer ce qui a déjà été dit; cependant, je souhaiterais rajouter qu'il faudrait qu'il y ait plus de français comme toi de par le monde, avec cet esprit de lutte, de création, et d'entrepreneurs d'idées fantastiques, le monde serait sans doute bien différent! Amitiés. Cath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Catherine... Au risque de paraître démodée, nous autres, les "imbéciles" de ce projet, nous avons tous quelque chose en commun : l'amour de la France... Ça donne pas mal d'énergie et ça enlève les peurs, lorsque l'ambition vient du cœur...

      Supprimer
  15. félicitations flo bon courage pour la suite. je voudrais savoir quels sont les démarches a faires pour devenir professeur de français en IRAQ car j'aimerais bien tenter ma chance.
    répondez moi sur mon mail si sa vous dérange pas
    saman.yahagi@hotmail.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Eh bien tout dépend de si vous voulez donner des cours dans des écoles de langues ou dans des universités. Les diplômes demandés ne sont pas les mêmes... Envoyez moi votre CV par mail pour que je puisse vous renseigner le mieux possible.

      Supprimer
  16. Chère Florence, je souhaiterais vous féliciter pour ce que vous faites et ce que vous avez décider de réaliser au kurdistan. En effet nous avons énormément besoin de gens comme vous dans notre pays. J'espère réellement que votre projet vas marcher et que cela vas porter ces fruits très rapidement. Encore une bravo a vous et bon courage pour la suite de votre aventure.

    RépondreSupprimer